La présidente de la Région Île-de-France écrit aux maires

Publié le 28 septembre 2018

Le 20 septembre 2018, Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, a adressé un courrier aux maires concernant le budget 2019.

« J’ai souhaité engager la Région Île-de-France dans une réelle transformation de nos transports afin que la situation difficile que connaissent quotidiennement les Franciliens cesse au plus vite.

C’est pourquoi Île-de-France Mobilités et la Région vont investir plus de 24 milliards d’euros entre 2016 et 2025 pour moderniser, sécuriser et développer les trains, les métros, les tramways et les bus. Cet effort sans précédent nécessite la mobilisation de tous et je connais votre attachement à ces sujets essentiels pour la vie de votre commune et l’amélioration pour la qualité de l’air.

Cette mobilisation sans faille concerne en premier lieu le contrat de plan État-Région (CPER) qui finance les investissements pour améliorer la régularité de nos trains, pour permettre de faire rouler les nouveaux matériels commandés par Île-de-France Mobilités, pour prolonger des lignes de métros et de tramways, pour réaliser de nouvelles voies ou encore pour désaturer nos routes.

J’ai malheureusement dû à plusieurs reprises dénoncer le retard de l’État dans la mise en œuvre du CPER. C’est ainsi que plus de 50 millions d’euros ont manqué en 2017 alors que le Premier ministre venait de signer la version renégociée du contrat. La Région a dû se mobiliser pour compenser ce défaut et ne pas retarder les opérations prêtes à être lancées.

En 2018 à nouveau, l’État a manqué à sa parole sur l’électrification Paris-Provins-Troyes. Encore une fois, la Région Île-de-France aux côtés du département de Seine-et-Marne et des collectivités du Grand-Est a compensé l’absence de l’État à hauteur de 40 millions d’euros.

Cependant, à l’heure où se finalisent les discussions sur le budget 2019 de l’État qui font l’objet d’une actualité médiatique soutenue, mon devoir est de vous alerter sur les
conséquences pour votre commune des arbitrages imminents du Gouvernement. Tous les signaux qui nous parviennent sont en effet particulièrement négatifs.

Faute d’avoir maîtrisé ses dépenses de fonctionnement, l’État s’apprêterait à sacrifier l’investissement avec un désengagement massif en 2019 alors que les besoins sont particulièrement importants mettant en péril de nombreux projets d’amélioration des transports du quotidien.

C’est ainsi qu’à cette heure, de lourdes incertitudes pèsent sur le lancement/la poursuite des opérations dans le Val-de-Marne :

  • T9 Paris-Orly
  • Les matériels roulants RER D
  • L’amélioration de la régularité du RER B
  • TZen5 Paris Choisy
  • L’amélioration de la régularité du RER A
  • L’amélioration de la régularité du RER E et de la ligne P
  • Le câble A
  • L’amélioration de la régularité du RER C
  • L’aménagement d’Altival

Les collectivités franciliennes doivent aujourd’hui se mobiliser ensemble pour dénoncer le sous-investissement chronique de l’État qui se traduit par une situation intenable pour les habitants et par une hausse de la pollution dans la Région.

Votre voix mérite d’être entendue alors que le Parlement va examiner le budget 2019.

Je sais pouvoir compter sur votre mobilisation pour que cette voix puisse porter jusqu’aux représentants nationaux et aux membres du Gouvernement. »

 

Défiler vers le haut