Risque inondation : communication en conseil municipal

Publié le 11 décembre 2018

Une communication sur le risque inondation a été faite lors de la séance du conseil municipal du 10 décembre 2018.

Lors des épisodes pluvieux de janvier/ février 2018, la Ville de Nogent-sur-Marne a été largement impactée par la crue de la Marne. L’Île des Loups, le Port, le chemin de l’Île de Beauté et des habitations en bordure de Marne ont été inondés entraînant des dégâts plus ou moins importants sur les biens mobiliers et immobiliers. Hormis la problématique de l’eau, la Ville et les habitants ont été confrontés à des coupures électriques qui ont obligé la plupart des habitants à quitter leurs domiciles, car sans électricité il n’y a plus de chauffage et les conditions de vie deviennent très difficiles. À l’inverse, les habitants de l’Île des Loups, qui ont toujours pu bénéficier de l’électricité pendant cette période, sont majoritairement restés chez eux. Par ailleurs, ces personnes ont semblé mieux préparées au risque inondation et ont mieux affronté la situation.

Lutter contre la vulnérabilité électrique et sensibiliser la population

À partir de ce constat, il est apparu difficile pour la Ville de se battre contre les phénomènes naturels et d’empêcher notamment la Marne de reprendre son lit. Elle s’est alors attachée à définir des priorités à court terme, la lutte contre la vulnérabilité électrique et la sensibilisation de la population au risque inondation.

Initialement, la Ville s’est renseignée sur les possibilités de mise en place d’un barrage au niveau du chemin de l’Île de Beauté et de la promenade. Très vite, les interlocuteurs sollicités nous ont précisé que la ville n’était pas légitime pour porter un tel projet puisque la compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) était exercée par la Métropole du Grand Paris depuis le 1er janvier 2018. Ils nous ont également avancé que l’implantation d’ouvrages de protection contre les inondations était réglementée et nécessitait le positionnement des services de l’État.

Il a donc été décidé de s’attacher prioritairement à la résilience électrique. Des études ont été menées par Enedis et le Sipperec en étroite concertation avec le Ville de Nogent-sur-Marne. Ces études ont permis de déterminer 3 priorités :

1- Équiper les postes les plus exposés de capteur d’eau connectés

Enedis a prévu avant fin 2018 d’équiper les 4 postes les plus exposés aux crues de capteurs d’eau connectés qui permettront de :

  • Mettre en sécurité chaque ouvrage au moment le plus opportun ;
  • Limiter les impacts liés aux coupures d’électricité ;
  • Faciliter la gestion de crise avec les acteurs externes notamment par une communication précise des interventions ;
  • Assurer une meilleure planification des équipes pour la remise en service des ouvrages.

2- Modifier l’architecture des circuits de distribution afin de ne plus couper les clients Enedis non inondés

Lors de la crue 2018, 158 clients demeurant dans des zones non inondées ont dû être coupés car leurs propriétés étaient desservies par les mêmes réseaux que les zones inondées.

Afin d’éviter qu’une telle situation se reproduise, Enedis a étudié la création d’un point de coupure supplémentaire qui permettra de ne plus couper ces 158 abonnés en cas de crue équivalente à celle de l’hiver 2018.

Le coût de l’opération est estimé à 51.600 € H.T.

3- Rehausser les coffrets abonnés afin d’éviter les coupures des clients Enedis inondés

La rehausse des coffrets clients est possible et concerne 42 points de livraison. Cette rehausse basée sur la crue 2018, consiste à réaliser les travaux suivants :

  • Remplacement total du réseau existant par un câble neuf ;
  • Rehausse de tous les coffrets individuels de coupure et de livraison.

Ces travaux sont estimés à environ 200.000 € H.T.

En plus de ces travaux Enedis, chaque particulier concerné devra également réaliser des travaux sur sa propre installation (rehausse de chaudière et de toutes installations électriques en sous-sol).

Afin de discuter de ce dernier point, une réunion d’information sera prochainement organisée avec Enedis, la Ville et les riverains de l’Île de Beauté.

En parallèle, la Ville a participé aux réunions d’après-crue organisées par la Préfecture avec les différentes communes du Val-de-Marne. Cela a permis aux différents acteurs d’échanger sur la gestion de crise, sur les difficultés rencontrées et sur les moyens ou dispositifs à mettre en œuvre pour être plus efficaces.

Au regard du retour d’expérience de la Ville, un listing des besoins en matériel supplémentaire a été établi et des parties du Plan communal de sauvegarde ont été actualisées : annuaire de crise, plateforme d’envoi des SMS, lieux d’implantation des passerelles…

Certes, la Ville doit assurer la sécurité de la population et lui apporter assistance, mais elle a aussi un rôle indispensable dans la sensibilisation au risque. En effet, beaucoup de Nogentais se sont sentis démunis face à la dernière crue de la Marne. Nombreux sont ceux qui avaient oublié que leur habitation était en zone inondable et que certaines précautions devaient être prises.

Le service environnement travaille donc sur la culture du risque.

Une convention a été signée avec l’Établissement public territorial de Bassin, l’EPTB Seine Grands Lacs afin d’installer 21 repères de crue (1910 et 1924) sur 11 sites de la Ville. Nous venons de les réceptionner. Ils seront posés au printemps. Un panneau informatif devrait être également installé près du stade au niveau de la promenade Yvette Horner.

Nous envisageons également de travailler conjointement avec Enedis et les habitants sur la résilience électrique des habitations car il ne s’agit pas de rehausser uniquement le compteur Enedis, il faut aussi que l’installation électrique de la maison soit hors d’eau en cas de crue, sinon le résultat final sera toujours le même avec absence d’électricité au domicile.

La gestion du risque est l’affaire de tous, aussi bien de la Ville que de la population. Il faut anticiper le risque et s’y préparer et toujours avoir à l’esprit que l’eau peut revenir…

Défiler vers le haut