300 ans d’histoire nogentaise avec Antoine Watteau

Publié le 18 juillet 2021

1721 – 2021 : Célébration du 300e anniversaire de la mort du peintre Antoine Watteau le dimanche 18 juillet 2021.

Antoine Watteau est chez lui à Nogent-sur-Marne. Il suffit d’arpenter la Ville pour le constater. Un théâtre, un collège, un parc, une avenue, une brasserie portent le nom du peintre.

QUI EST ANTOINE WATTEAU ?

Le Pèlerinage à l’île de Cythère, Antoine Watteau, 1717 © Musée du Louvre

Jean-Antoine Watteau, plus connu sous le nom d’Antoine Watteau, est à Valenciennes le 10 octobre 1684 et mort à Nogent-sur-Marne le 18 juillet 1721.

Il est l’un des créateurs représentants du mouvement rococo. Inspiré par la commedia dell’arte, il aime représenter le théâtre dans ses tableaux, que ce soit à travers les rideaux lourds ou les thèmes. Malgré une carrière brève d’une quinzaine d’années, il a connu le succès de son vivant et a laissé une œuvre considérable, des milliers de dessins et plus de deux cents tableaux que les princes d’Europe et les collectionneurs privés s’arrachaient.

ANTOINE WATTEAU ET NOGENT,UNE LONGUE HISTOIRE

Alors que sa santé devient préoccupante, Antoine Watteau s’établit à la campagne dont l’air est réputé salvateur. En mai 1721, il est accueilli à Nogent-sur-Marne dans la propriété champêtre de Philippe Le Febvre, intendant des menus plaisirs du roi. Là, même diminué, Watteau continue inlassablement son art ; il peint un Christ en croix pour le curé de la paroisse, Charles Carreau. Il reçoit aussi son élève Jean-Baptiste Pater et le marchand d’art Gersaint qu’il charge d’organiser une vente de ses œuvres. La maladie finit par emporter l’artiste à 37 ans le 18 juillet 1721. Le peintre est inhumé dans une des chapelles de l’église Saint-Saturnin.

À la Révolution française, sa sépulture est détruite ; avec elle disparait toute trace du séjour nogentais de l’artiste qui est oublié pendant près de cent-trente ans. En 1852, le sculpteur Louis Auvray sort Watteau de l’oubli. En hommage à son compatriote de Valenciennes, il exécute un buste pour un monument destiné à l’église paroissiale. Le conseil municipal de Nogent-sur- Marne soutient l’initiative. En vain.

Buste d’Antoine Watteau

Ce n’est qu’en 1865, avec l’appui de la princesse Mathilde Bonaparte, que le buste de Watteau est installé sur le parvis de l’église. L’initiative d’Auvray fait école. Chacun se réclame du peintre de L’Embarquement pour Cythère dont l’originalité et la force de l’œuvre s’imposent désormais.

En 1908, Pierre Champion, historien et futur maire de Nogent, n’hésite pas à se réclamer de la mémoire de Watteau pour faire classer la propriété de la famille Smith promise à la destruction où l’artiste aurait peint et où il serait mort. L’argument est frauduleux. Watteau n’est pas mort dans la propriété des 14 et 16 rue Charles VII mais dans celle voisine de Philippe Le Febvre, l’actuel parc Watteau. Qu’importe, le prestige du peintre est tel qu’il a raison du mensonge. En 2001, le théâtre de Nogent emprunte le nom de Watteau, artiste qui a su mettre en résonnance sa peinture avec le théâtre et la musique.

Trois-cents ans après sa disparition, Nogent-sur-Marne souhaite rendre hommage, ces prochains mois à cet artiste. Un hommage multiple à la hauteur de sa réputation.

Défiler vers le haut