75e anniversaire de la libération de Paris et de Nogent-sur-Marne

Publié le 30 août 2019

Nogent se souvient d’août 1944 !

Cérémonie de la Libération à Nogent-sur-Marne >> samedi 31 août 2019 à partir de 18h

Le 23 août 1944, Le Parisien Libéré annonçait une défaite complète de l’armée allemande, les alliés étant aux portes de la Capitale. La bataille de l’Ile-de-France s’est achevée par l’encerclement de Paris et la libération des villes de banlieue.

Alors que les alliés ont franchi la Seine à Mantes pour entrer dans Fontainebleau et Melun, le front parisien et les villes de la banlieue s’organisent, les FFI harcèlent et infligent à l’ennemi de lourdes pertes… des barricades sont dressées à Paris, sur les grandes artères.

Paris se bat, les villes de la petite couronne aussi. Le CNR fait sien l’appel du Comité Parisien de la libération le 21 août 1944 pour partager les consignes pour toute la résistance et toutes les forces françaises de l’intérieur.

Tout un peuple est rassemblé, debout pour la victoire !

À Nogent, nous sommes à l’aube de la liberté.

Dans la chaleur de ce mois d’août 1944, où alternent orages et pluies… Sur le boulevard de Strasbourg, des chars, des camions, des motos… et des soldats à pied, à bicyclettes, les troupes du Reich reculent sous la poussée des armées alliées, dès le 17 août. Des dizaines de Nogentais regardent cet interminable cortège de soldats qui se replient en ordre vers l’Est. Cette fuite apparente n’est-elle pas un piège ?

Les FFI sont présentes pour intervenir, partout où se manifeste sporadiquement l’ennemi.

Le 19 août, vers 11 heures, Georges Brobecker, maire d’un Conseil Municipal nommé par Vichy est au premier étage de l’Hôtel de Ville avec son équipe. Un groupe de FFI fait irruption dans la salle du conseil. Ce dernier, composé de gardiens de la paix en civil, hissent le drapeau tricolore sur le balcon.

Le lendemain 20 août, surgissent vers 8 heures, sur l’esplanade, 80 soldats allemands, fusil en mains. Ils pénètrent au 1er étage et arrachent le drapeau tricolore… ils remontent dans leurs camions et disparaissent.

Les allemands reviendront le 22 août, vers 15 heures. Deux automobiles et un side-car se garent le long de la rue du Maréchal Vaillant. Ces soldats traqués, ne reconnaissent pas encore leur défaite. Ils se battent. Ils se postent en tirailleurs prêts à faire feu. Ils recherchent des « terroristes ». Puis le commando s’en va ! Une heure plus tard, la résistance est en Mairie…

Le 24 août, une formidable déflagration va ébranler Nogent. C’est le viaduc qui saute, en partie, par des charges explosives mises en place par les allemands. Georges Vilbert, directeur de l’école Paul Bert et coordinateur des groupes de résistance nogentais, arrive en mairie.

Libération de Nogent le 24 août 1944, par James Rassiat (1990)

Le 24 août, à 11 heures, à la tête d’une délégation, le maire Georges Brobecker est présent avec quelques conseillers. Georges Vilbert demande que les pouvoirs municipaux soient transmis au Comité nogentais des groupes de résistance. Georges Brobecker  répond : « J’attendais et souhaitais votre démarche ». Les deux hommes se donnent l’accolade… une nouvelle République va commencer.

L’après-midi, à 13 heures, un premier véhicule allié arrive place de la Mairie avec à son bord, des soldats américains.

A Paris, le même jour, sur ordre du Général de Gaulle, un détachement de la division Leclerc entre par la porte d’Orléans sous les acclamations d’une foule en liesse.

Mais, la lutte n’est pas achevée car les soldats allemands résistent partout avec l’énergie du désespoir. Les accrochages, à Nogent, se dérouleront surtout boulevard de Strasbourg. Plusieurs blessés et morts seront à déplorer.
La Croix-Rouge sera aussi au combat avec les FFI.

Le processus de libération se poursuit. Après une transition de quelques semaines en Mairie, le 3 septembre 1944, le nouveau Conseil Municipal se réunit sous la Présidence de Georges Vilbert avec les membres du comité local de libération.

De Gaulle viendra à Nogent, le 27 janvier 1945, il se présentera devant la foule des Nogentais, sur le balcon de l’Hôtel de Ville. La délégation spéciale de Nogent déclarera : « C’est un exceptionnel honneur que d’avoir la visite de celui qui incarne la France libre ». Elle est reconnaissante à de Gaulle d’avoir su rendre à la France, son indépendance et sa grandeur. Tout sera fait dit-elle pour aider à la victoire et pour faire naître une nouvelle République.

Le 26 octobre 1947, Jobelin est élu Maire… mais l’après-guerre et l’après victoire vont conduire, face aux dures réalités, à des conflits internes. Malgré les affrontements et les querelles, la France travaille et le pays se reconstruit. On rêve avec Georges Duhamel de refaire le Monde !

De Gaulle déclarait le 23 août 1944 : « Nous sommes des Français de toute origine, de toute condition, de toute opinion, qui avons décidé de nous unir dans la lutte pour notre pays. Tous l’ont fait volontairement, purement et simplement. Nous savons de quels abîmes nous émergeons et, vers quels destins nous luttons. Nous sommes tous unis dans la même volonté : celle de la grandeur française. » Il s’apercevra que la reconstruction du pays ne sera pas un long fleuve tranquille !

Nota : Nogent-sur-Marne, la mémoire retrouvée, de Jean Roblin (librairie)

Cérémonie de la Libération à Nogent-sur-Marne >> samedi 31 août 2019 à partir de 18h

Défiler vers le haut