Archives municipales

150105_archives-municipales_35

Les Archives sont accessibles, selon les conditions du code du patrimoine, en salle de lecture.

Consultation des archives de la ville de Nogent-sur-Marne du XVIe siècle à nos jours (registres paroissiaux, registres de recensement de la population, cadastre napoléonien…).

Expositions temporaires liées à l’histoire de la ville. Collaboration aux expositions du musée de Nogent-sur-Marne.
Visites guidées de la ville, de ses quartiers et de ses monuments.


Adresse & Horaires

2, avenue du maréchal Franchet d’Esperey
Tél. : 01 43 94 95 94
archives@ville-nogentsurmarne.fr
Directeur : Vincent Villette

Ouverture du lundi au jeudi de 9h à 12h et de 13h30 à 18h (fermeture à 17h le vendredi).


Bibliographie
Inventaire des archives modernes (1790 - 1982)
Archives municipales numérisées

Histoire des archives

La formation d’un fonds d’archives (1790 – 1940)La création d’un service d’archives (1940 – 1950)Des archives abandonnées (1950 – 1983)Un renouveau (depuis 1983)Références

Les Archives municipales apparaissent avec la création de la commune de Nogent-sur-Marne dont elles retracent l’activité. Cette commune, comme l’ensemble des communes de France, naît, en 1789, du bouleversement de l’organisation administrative du pays initié par l’Assemblée constituante (loi du 14 décembre 1789).

À ce fonds, ont été rattachées des archives antérieures à la constitution de la commune : celles de la municipalité de Nogent-sur-Marne, née en 1787, et dont la commune prend la suite, ainsi que le registre du bureau de bienfaisance ouvert en 1787 et cinq registres paroissiaux nés de l’activité des prêtres de Nogent avant la sécularisation de l’état civil en 1792.

Rapidement ces archives sont perçues comme un élément déterminant du fonctionnement de l’administration communale. Aussi, en 1814, à la veille de l’occupation de Nogent par les Cosaques, les autorités communales font-elles mettre en sûreté les archives. Elles sont entreposées « dans une cave pour les sauver de la destruction[1] ». Le remède se révèle toutefois plus dangereux que le mal :  « mais si elles ne furent pas brûlées par les Cosaques, elles furent tout aussi maltraitées : l’humidité de la cave en fit pourrir la plus grande partie, et on perdit ainsi les actes de l’état civil pour beaucoup d’années[2] ». Le deuxième registre de délibération du conseil municipal garde encore du reste les traces de cette humidité.

Dans un contexte semblable, en 1870, à la veille de l’arrivée des troupes confédérées allemandes, une mesure de sauvegarde identique est opérée. Le maire de Paris demande en effet dès le 6 septembre 1870, soit près de quinze jours avant le début du siège de Paris, que les archives de Nogent-sur-Marne soient transférées à Paris, au tribunal de commerce, boulevard du Palais. « Vous ne conserverez donc à votre mairie que ce que ce qui vous est rigoureusement nécessaire pour les besoins du moment et l’expédition des affaires urgentes[3] ». Ainsi, contrairement a une idée reçue, les archives de Nogent-sur-Marne sortent indemnes de la guerre de 1870 et des nombreuses destructions occasionnées à ce moment-là dans une ville qui est au cœur du conflit.

Passé ce conflit, la ville se dote d’une nouvelle mairie, celle qui trouve aujourd’hui square d’Estienne d’Orves. Immédiatement, les archives municipales se voient affecter un espace de conservation. Les plans du projet de bâtiment de 1873[4] mentionnent un espace de près 20 m² accordé aux archives au premier étage. Le projet de 1876 n’affecte plus que 8 m² aux archives au rez-de-chaussée[5]. Toutefois, elles ne conservent pas longtemps cette place car après la Première Guerre Mondiale, les archives communales sont entreposées à la cave de la mairie dans un local spécifique qualifié de « salle d’archives[6] ». Pour garantir leur conservation le conseil municipal décide alors de faire « poser une cloison avec une porte fermant à clef[7] ».

Par ailleurs, la commune s’acquitte de ses obligations avec la tenue régulière d’inventaires de ses archives. Le 1er novembre 1842 le conseil municipal vote ainsi un crédit de soixante francs pour la réalisation de l’inventaire des archives et du mobilier de la ville[8]. Régulièrement des inventaires sont établis : 1847, 1867, 1869, 1878. En 1837, le conseil municipal vote aussi la reliure des bulletins des lois[9]. Toutefois, ces rares traces de l’histoire des archives de Nogent sont trompeuses car elles tendent à nous faire croire à leur bonne prise en charge. La réalité est sans doute plus âpre. En effet, si Nogent s’acquitte de ses obligations, l’organisation des archives devait être plus aléatoire. Ainsi, au début du XXe siècle, l’archiviste paléographe qu’est Fernand Bournon décrit, dans son état des communes consacré à Nogent-sur-Marne en 1906, les archives de Nogent. Or, le premier registre de délibérations du Bureau de bienfaisance et les deux premiers registres paroissiaux[10] n’apparaissent pas sous la plume exigeante de Bournon. Le fonds des archives devait être particulièrement en désordre, ce que confirmera l’un des premiers archivistes de la ville.

La Seconde Guerre Mondiale est un moment déterminant dans l’organisation des archives anciennes et modernes de la commune. En effet, Pierre Champion, maire de Nogent-sur-Marne et archiviste paléographe[11] de formation, décide d’organiser le fonds d’archives de Nogent-sur-Marne. Dès les combats de 1940 achevés, un agent extérieur à la ville, Charles Fauchon, est chargé du « classement des archives de la commune[12] » (1erseptembre au 25 décembre 1940). L’année suivante, Pierre Champion recrute Anne-Marie Boisset (1941) puis Alfred Cordoliani[13] (1941-1944), tous deux élèves de l’Ecole nationale des Chartes. La Nogentaise qu’est Anne-Marie Boisset n’a sans doute pas le temps de mettre en œuvre quoi que ce soit puisqu’elle ne reste qu’un mois[14] aux Archives. Elle est nommée le 29 janvier 1942 bibliothécaire en chef à la bibliothèque municipale de Limoges[15].

C’est Alfred Cordoliani qui crée un service d’archives à Nogent en classant les archives conformément au cadre de classement des archives communales de 1926, en constituant un inventaire et un registre de prêt (1er août 1941-30 avril 1944)[16] et en prenant en charge les versements des services administratifs[17]. A son arrivée, il trouve un fonds en désordre au grenier de la mairie[18].

Alfred Cordoliani cosigne même avec Pierre Champion le 29 avril 1942 un règlement des archives communales[19]. L’accès au dépôt d’archives et les emprunts sont désormais strictement réglementés. Les Archives sont ainsi ouvertes aux services administratifs tous les jours de la semaine de 9h. à 12h. et de 14h. à 18h. Le vendredi après midi est réservé à la consultation des lecteurs extérieurs à l’administration. Cordoliani rappelle aussi par note que l’accès aux archives ne saurait être anarchique : « aucun document déposé aux Archives ne peut être communiqué sans mon autorisation. […] L’accès au local des Archives est strictement interdit en son absence. »[20]

Cordoliani a pour adjoint, à partir de 1943, Albert Zobel, ancien chef de l’octroi de Nogent, que la ville intègre dans son personnel comme archiviste auxiliaire afin de le dédommager après la suppression de l’octroi. Albert Zobel poursuit le travail de Cordoliani jusqu’en 1950[21]. Le 12 juin 1944, Zobel décrit les archives de Nogent-sur-Marne « Il existe deux fonds d’archives : ancien et moderne. Le fonds ancien n’est pas très étendu ; il se trouve dispersé dans de nombreux dossiers. Un catalogue s’impose. Le classement général est fait, mais non encore le classement détaillé faute de temps et de personnel. »

Parallèlement à son travail à Nogent-sur-Marne, Cordoliani poursuit ses études. Il soutient sa thèse en mars 1942 sur les « traités de comput ecclésiastique de 525 à 990[22] » et sort major de sa promotion[23]. La même année, il devient membre de l’Ecole française de Rome[24] et est nommé bibliothécaire définitif à la Bibliothèque nationale[25]. Il reste tout au long de sa carrière un spécialiste des calendriers et de la représentation du temps et signe, à la demande de Charles Samaran, le chapitre sur cette question dans l’histoire et ses méthodes[26]. Sur le même thème on lui doit des publications : « Une encyclopédie carolingienne de comput : les Sententiae in laude compoti » et « Les computistes insulaires et les écrits pseudo-alexandrins[27] ». En 1977, il est nommé conservateur à la bibliothèque de l’Ecole d’application du service de santé du Val-de-Grâce[28].

Cordoliani obtient de la commune un soutien financier dès l’année qui suit son arrivée. Cent francs lui sont accordés en 1942 pour l’acquisition d’une lampe[29], 4 992 en 1943 pour de la reliure[30]. Après son départ, des sommes d’argent sont toujours inscrites pour des travaux de reliure de listes électorales, de registres d’état civil, de registres de recensement, de registres de détails ou de matrices mobilières : 1 850 francs en 1946[31], 2 776 francs en 1947[32], 1 000 francs en 1948[33], 2 150 en 1949[34], 2 850 en 1950[35], 2 850 en 1951[36], 3942 en 1952[37], 3 242 en 1953[38]. Puis les crédits accordés aux archives sont beaucoup plus modestes. Les travaux de reliure et de restauration ne reprendront qu’à partir de 1994.

Passé le début des années cinquante, et jusqu’en 1983, les Archives sont sans responsable et sans réels locaux. Toutefois, quand l’absence de toute prise en charge des archives de la ville pèse sur le fonctionnement de l’administration, il est demandé à des fonctionnaires d’autres services municipaux de remettre de l’ordre à « leur moment perdu »[39]. Par ailleurs, certaines de ces archives seront dispersées dans d’autres services (Caisse des écoles, Services techniques, musée).

En 1968, la municipalité demande à l’architecte de la ville d’aménager le grenier afin d’y transférer les archives[40]qui occupaient jusque là un bureau au deuxième étage. Le transfert dans le grenier s’accompagne alors d’éliminations intempestives puisqu’il est demandé à deux cantonniers d’enlever « un camion d’archives périmées[41] ».

En 1983, un service d’archives est recréé au grenier de la mairie. A partir de 1993, les archives modernes non cotées sont intégrées dans le cadre de classement de 1926 à la suite de celles classées par Cordoliani tandis que les archives contemporaines sont classées en continu et l’ensemble de celles-ci est déménagé (1995) dans un local spécifique distinct de la mairie, 2 avenue du maréchal Franchet d’Espérey.
[1] PERREUSE Marquis de, Notice historique de Nogent-sur-Marne, Paris, Gros, 1854, pp. 48-49.

[2] Idem

[3] AM Nogent-sur-Marne 4 H 1/1. Mesures d’exceptions et faits de guerre (1870-1871), lettres de la mairie de Paris des 6 et 8 septembre 1870. : « Citoyen Maire, veuillez immédiatement faire emballer les registres de l’état civil, etc.…de votre commune et les faire transporter au tribunal de commerce ».

[4] AM Nogent-sur-Marne 1 M 1/5 quinte.

[5] Idem

[6] AM Nogent-sur-Marne, 1 D 1/28, délibération n° 243 du conseil municipal du 31 mars 1918.

[7] Idem

[8] AM Nogent-sur-Marne, 1 D 1/ 5, Registre de délibérations du conseil municipal. Il s’agit de la première mention des archives dans les registres de délibérations du conseil municipal.

[9] AM Nogent-sur-Marne, 1 D 1/4, délibération du 9 août 1837.

[10] BOURNON Fernand, Etat des communes, Nogent-sur-Marne, Paris, Montévrain, 1906. p 93

[11] VILLETTE Vincent, « Pierre Champion : un médiéviste à Nogent-sur-Marne », Bulletin de la Société historique de Nogent-Le Perreux-Bry sur Marne, 2001 n°10 Tome 4, pp 30-31.

[12] AM Nogent-sur-Marne, 1 D 1/38, délibération n° 1341 du conseil municipal du 29 décembre 1940 et 2 D 1/7 arrêté du maire n°260 du 25 octobre 1940.

[13] Conversation avec Alfred Cordoliani, le 19 novembre 2004.

[14] AM Nogent-sur-Marne 2W232 et AMN 2 D 1/7 arrêté du maire n°345 du 7 juillet 1941.

[15] Bibliothèque de l’Ecole Nationale des Chartes, Paris, Henri Didier, 1942, CIII.

[16] AM Nogent-sur-Marne 2W238 et AMN 2 D 1/7 arrêté du maire n°356 du 4 août 1941.

[17] AM de Nogent-sur-Marne, 3 D 6.Versements depuis le 1er septembre 1943.

[18] Conversation avec Alfred Cordoliani le 19 novembre 2004.

[19] AM de Nogent-sur-Marne, 3 D 6.

[20] Idem

[21] AM Nogent-sur-Marne 2W278.

[22] Bibliothèque de l’Ecole Nationale des Chartes, Paris, Henri Didier, 1942, CIII, p 375.

[23] Idem, arrêté ministériel du 31 décembre 1942, sa thèse est signalée au ministre, p 376.

[24] Idem, arrêté ministériel du 31 décembre 1942, p 382.

[25] Idem, p 384.

[26] SAMARAN Charles (dir.), l’histoire et ses méthodes, Paris Bibliothèque de la Pléiade, 1961. Chapitre « Comput, chronologie, calendriers ».

[27] Table des tomes CI à CXXII de la Bibliothèque de l’Ecole Nationale des Chartes, Paris, Genève, Droz, 1972, p 51.

[28] Bibliothèque de l’Ecole Nationale des Chartes, Paris, Genève, Droz, 1977, CXXXV, p 440.

[29] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/49. Livre de détail de 1942.

[30] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/50. Livre de détail 1943.

[31] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/51. Livre de détail 1946.

[32] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/52. Livre de détail 1947.

[33] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/52. Livre de détail 1948.

[34] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/53. Livre de détail 1949.

[35] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/53 bis. Livre de détail 1950.

[36] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/53 bis. Livre détail 1951.

[37] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/53 bis. Livre de détail 1952.

[38] AM Nogent-sur-Marne 1 L 2/53 bis. Livre de détail 1953.

[39] AM Nogent-sur-Marne 5W99. Compte rendu de la réunion de conseil de municipalité du 26 octobre 1968. « Monsieur le maire prie M. Mespoulhé [directeur général adjoint] de la [Mme Guegan] contacter en lui proposant le poste de sous-bibliothécaire dans l’immédiat avec la promesse de nomination en qualité de bibliothécaire à la retraite de Mlle Bourgeois. Si ce poste était créé, Mme Guegan pourrait aider les services de la mairie lorsqu’ils seraient surchargés et s’occuper notamment des archives. ».

[40] AM Nogent-sur-Marne 5W99. Compte rendu de conseil de municipalité du 7 septembre 1968.

[41] AM Nogent-sur-Marne 5W99. Compte rendu de conseil de municipalité du 26 octobre 1968.

Scroll Up