[Hommage] Oummou Sy nous a quittés

Publié le 2 mai 2020

Oummou Sy nous a quittés le 30 avril 2020, victime du Covid-19. Le maire de Nogent lui rend hommage.

Née à Fontenay-aux-Roses il y a 60 ans, Oummou Sy était depuis de nombreuses années la figure emblématique des solidarités et de l’empathie. Elle était la grande soeur de toutes celles et tous ceux en difficulté, notamment dans le quartier Plaisance, où le maire de Nogent, au nom de la Ville, et Céline Juré, directrice du CCAS, l’avait nommée responsable de l’antenne du CCAS.

C’était vers elle que se dirigeaient spontanément les mamans qui, souvent seules à élever plusieurs enfants, avaient besoin de conseils et de soutien moral.

Femme courageuse et de caractère, elle a élevé seule ses enfants et connu plusieurs drames familiaux dans sa vie. Ce qui ne l’a pas empêché de se dévouer aux autres, dans le cadre de son travail et de sa vie personnelle, jusqu’à s’oublier elle-même. Malgré ses problèmes de santé, elle faisait passer son engagement avant tout.

Le maire explique : « Il était naturel pour la Ville de lui confier la gestion de l’antenne du CCAS et de la maison sociale pour le quartier de Plaisance (Maréchaux). Ces locaux sont d’ailleurs considérés par beaucoup d’habitants comme un lieu refuge au sein duquel les maîtres-mots sont amitié et fraternité. »

Elle était investie dans la vie de Nogent par son travail, mais aussi par ses activités multiples. Elle avait créé une association Afrique en couleurs, lieu de rencontres et d’échanges privilégiés.

Ancien agent de l’OPH, puis gardienne à Valophis, elle a intégré, à la demande du maire, le CCAS il y a déjà plus de 10 ans, avec pour mission l’ouverture d’une antenne sur le quartier, le PAEPF (point accueil, écoute et prévention famille).

Elle a ainsi, tout au long de ces années, joué un rôle majeur auprès des habitants du quartier, des familles nogentaises notamment d’origine étrangère en les écoutant, les conseillant, les aidant dans leur quotidien, en lien avec les services sociaux de la Ville.

« Par sa présence et son charisme, c’est vers elle que l’on se dirigeait lorsque l’on était en quête de réconfort, voire de solutions à des sujets parfois difficiles. Elle a joué pendant toutes ces années, un rôle d’intermédiaire irremplaçable entre les populations de ce grand quartier et les institutions, de par son origine. »

C’était un repère, mais surtout une autorité, pour beaucoup de jeunes et de familles du quartier qui vont se sentir bien orphelins par sa disparition, tout comme ses collègues du CCAS et de la Ville.

Nogent vient de perdre une grande dame qui a dévoué sa vie aux autres, en s’oubliant souvent elle-même.

Oummou Sy a été pour beaucoup de Nogentais la missionnaire de la Ville dans un quartier en mutation. Pour le maire, « Oummou, c’est notre mère Teresa. »

Elle va nous manquer car elle a créé les conditions d’un dialogue et d’un respect d’autrui. Demain, d’autres devront reprendre le défi qu’elle portait dans le prolongement de tout le travail qu’elle a accompli.

« Au revoir Oummou. Tu seras, malgré ta vie qui a été volée par le Covid-19, le ferment de l’amitié et de la fraternité dans un local qui portera ton nom. »

Les obsèques d’Oummou Sy se tiendront naturellement au cimetière de Nogent dans les jours qui viennent. Le maire, la municipalité et l’ensemble de ses amis seront présents, dans la limite qu’impose le confinement actuel. Le nombre de personnes qui assisteront sera fonction de ces règles.

Défiler vers le haut