Renouvellement du marché de restauration scolaire > toujours plus de qualité pour les écoliers

Publié le 7 décembre 2020

Le renouvellement du marché de restauration scolaire, entré en vigueur le 1er décembre 2020, est l’occasion pour la Municipalité d’obtenir des engagements forts de la part du prestataire Elior. Poursuite de l’amélioration de la qualité des repas, renforcement des mesures en faveur du développement durable et soutien à l’économie locale sont les principaux aspects de ce nouveau partenariat.

La création d’un partenariat avec 3 boulangeries locales (à partir du 4 janvier 2021) :

Pain d’un commerçant nogentais

Cette mesure vise à soutenir le commerce nogentais. Les enseignes concernées sont La Nogentaise (13, rue Paul Bert), Le fournil de Nogent (148, Grande Rue Charles de Gaulle) et Le Pétrin (3, place de l’Europe).

D’autres commerçants de la ville (fromagers, apiculteurs…) pourront proposer des animations dans les écoles et clubs de loisirs.

La qualité des menus :

Les menus devront être composés d’au moins 63 % d’alimentation durable (contre 40 % dans l’ancien marché) dont 20 % de circuits courts/produits locaux mais également plus de produits bios.
Toutes les viandes seront d’origine France (Label rouge ou bio). Les poissons doivent être issus de la pêche durable ou responsable (MSC).

Cette augmentation significative de la part des produits labellisés, durables, responsables et issus des circuits courts était l’une des exigences fondamentales de la Municipalité.

La lutte contre le gaspillage alimentaire :

Table de tri à l’école Val de Beauté

Critère essentiel dans le renouvellement de ce marché, la lutte contre le gaspillage alimentaire est l’affaire de tous. Dès le 4 janvier 2021, des menus à 4 et 5 composantes seront mis en place en alternance dans les restaurants scolaires. Le prestataire s’appuie sur l’expérimentation réalisée en 2019 à l’école élémentaire Val de Beauté notamment : il ne s’agit pas de supprimer une composante mais de travailler les apports nutritionnels sous la forme de 4 composantes (un plat, une garniture, un produit laitier et une entrée OU un dessert).
L’objectif principal : réduire le gaspillage alimentaire de 10 % sur un an. À noter que le prestataire a signé une convention avec l’association Excellents Excédents qui redistribue les repas non consommés à divers organismes : cantines solidaires, Restos du cœur…

Le respect de l’environnement :

Dans les contenants d’abord : les barquettes pour les plats chauds sont désormais composées en cellulose 100 % compostable ou biodégradable.
Dans le transport : d’ici 6 mois, l’ensemble des livraisons seront effectuées par des véhicules fonctionnant à 100 % au gaz naturel (GNV).
Puis, dans les produits d’entretien utilisés : ils devront être éco-labellisés sur tous les sites (non polluants).
Enfin, la notion doit être présente dans le recyclage des huiles de fritures usagées en bio-carburant.

Un contrôle accru du respect du cahier des charges :

Une acheteuse, nouvellement recrutée par le service marchés publics de la ville, sera notamment chargée du suivi de la bonne exécution du marché et du respect du cahier des charges par Elior. Pour cela, elle pourra effectuer un contrôle inopiné dans les offices, vérifier la fréquence d’apparition des produits (bio, fruits frais, viennoiseries…), des fiches-produits et de leur provenance.

Enfin, pour plus de transparence, Elior a récemment développé l’application bon’App (téléchargeable via Google Play ou App Store) permettant de consulter les menus et s’informer sur l’actualité du restaurant.

 

Défiler vers le haut