1. Accueil
  2. /
  3. Dans la métropole, Le Grand Paris
  4. /
  5. Une feuille de route...

Une feuille de route pour le Grand Paris Express

Publié le 22 février 2018

Les choix du gouvernement pour le Grand Paris Express

Le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre des Transports Élisabeth Borne ont annoncé aujourd’hui (22/02/2018), avec plusieurs mois de négociations, les choix du gouvernement pour la réalisation du Grand Paris Express.

Le Premier ministre  a déclaré : « Je ne prends aucun plaisir à jouer les pères la rigueur mais il faut tenir un langage de vérité pour ne pas provoquer de nouvelles frustrations chez les franciliens. Le gouvernement souhaite à travers une forte mobilisation de l’État, redonner de la robustesse au projet pour rendre la construction de toutes les lignes du Grand Paris Express irréversible et obtenir sa mise en service complète à l’horizon 2030 ».

Édouard Philippe a indiqué que le rythme des travaux prévu lors de la conception du projet n’était ni réaliste, ni soutenable compte tenu des contraintes techniques et des ressources humaines limitées du BTP face à un tel volume de travaux. L’impact de ces contraintes a été évalué sur le calendrier de réalisation et sur le budget global du projet estimé désormais à 35 milliards d’euros.

UN NOUVEAU CALENDRIER DE RÉALISATIONS

 Première phase réalisée pour les Jeux olympiques de 2024

Le gouvernement a décidé de s’engager sur un calendrier de réalisation privilégiant dans un premier temps les lignes où le trafic de passagers est le plus important et participant au rééquilibrage des territoires de l’est de la Métropole du Grand Paris.

À l’horizon 2024, année des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris, plusieurs lignes seront mises en service.

La ligne 15 Sud, déjà en chantier avec un premier tunnelier descendu, entre Pont de Sèvres et Noisy-Champs.
Les extensions nord et sud de la ligne 14,  jusqu’à Saint-Denis Pleyel (où se tiendra le village olympique) et jusqu’à l’aéroport d’Orly.
Le tronçon commun des lignes 16 et 17 entre Saint-Denis et Le Blanc-Mesnil. Un tronçon également important dans le cadre des Jeux Olympiques de 2024.
La ligne 16 entre Le Bourget (RER B) et la future gare de Clichy-Montfermeil Une priorité liée non pas aux JO mais au désenclavement de cette partie de la banlieue nord.
Connexion de la ligne 17 à la gare du Bourget-Aéroport. Des appels d’offre seront lancés pour savoir si cette section pourra être mise en service pour l’échéance des JO, autrement, un service de navettes sera mis en place.

Consulter la carte interactive.

 

Pour toutes les autres lignes, le gouvernement s’est fixé pour objectif la mise en service la plus rapide possible et s’engage à signer les marchés durant ce quinquennat. La ligne 18 pour renforcer l’attractivité du plateau de Saclay, la ligne 17 Nord pour développer les territoires entre Paris et Roissy ainsi que le bouclage de la ligne 15 avec les portions Est et Ouest, seront mise en service entre 2027 et 2030.

Mise en service en 2027

La ligne 17 entre le Mesnil-Amelot et le triangle de Gonesse (voir avant si cela est possible)
Ligne 18 de Orly au Plateau de Saclay A noter qu’une liaison en site propre entre Massy et le plateau de Saclay est envisagée dès 2020.

Mise en service en 2030

La ligne 15 Est
La ligne 15 Ouest
La ligne 16 du Blanc-Mesnil à Noisy-Champs
La ligne 17 entre le Triangle de Gonesse et Mesnil-Amelot
La ligne 18 entre Saclay et Versailles

 

 

 

 

 

 

Consulter la carte interactive.

 

Changement de gouvernance de la Société du Grand Paris

Le Premier ministre a indiqué que l’entrée dans la phase opérationnelle du Grand Paris Express allait s’accompagner d’un renforcement du contrôle de l’État sur la Société du Grand Paris, qui allait changer de direction pour une nouvelle impulsion. Le gouvernement souhaite que la SGP bénéficie dans les prochaines lois des finances de ressources confortées pour ne plus être lésée sur ses capacités d’emprunt et pouvoir recruter le personnel nécessaire à la réalisation de ses missions. Ces mesures doivent faire l’objet d’une mission confiée à Gilles Carrez, député du Val-de-Marne. La SGP devra proposer un plan d’optimisation pour réduire de 10% le coût global du projet.

 

Scroll Up