« Unir nos villes pour unir les hommes », retour sur les déplacements à Boleslawiec et Siegburg

Publié le 26 août 2019

En août, Jacques J.P. Martin s’est rendu successivement à Boleslawiec, en Pologne, pour la fête de la céramique et à Siegburg, en Allemagne, pour la fête de la ville et la commémoration des victimes du nazisme.

Jacques J.P. Martin aux côtés notamment de Piotr Roman, président du conseil municipal de Boleslawiec

  • À Boleslawiec, il a répondu à l’invitation de son homologue Piotr Roman, président du conseil municipal. Ensemble, ils ont rencontré des producteurs de céramiques, répartis sur près de 200 stands, visité le nouveau centre culturel et échangé sur le projet de nouvelle bibliothèque.

Plusieurs dispositions prises par la ville polonaise sont suffisamment intéressantes pour que Nogent s’en inspire. Par exemple, l’étude du projet du nouveau pôle culturel du centre ville qui devrait prendre place rue Ancellet, près des futures halles du marché.
Un échange entre les équipes techniques des 2 villes a d’ailleurs été décidé pour évoquer une demande de subvention conjointe à l’Union européenne.

Fête de la céramique

Au programme des discussions également, la coopération culturelle dans le domaine de la danse et de la musique avec, comme objectif, l’organisation, à Nogent en 2020, d’une soirée polonaise.
Les échanges déjà en cours entre jeunes et seniors des 2 villes vont se poursuivre, compte tenu de la réussite des précédents.

Boleslawiec est réputée pour ses céramiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • À Siegburg, pour la fête de la ville et la commémoration des victimes du nazisme. Tous les ans, des échanges ont lieu entre Nogent et sa jumelle allemande. Le jumelage avec cette dernière est vieux de 55 ans.

    Élus rassemblés après le dépôt de gerbes à Siegburg, en Allemagne

En répondant positivement à l’invitation du bourgmestre Franz Huhn, Jacques J.P. Martin a fait le déplacement pour être à ses côtés dans le cadre de cet événement festif durant lequel se

produisaient des groupes français. Plusieurs visites ont été organisées pour que les maires des communes ayant des relations avec Siegburg puissent découvrir les projets en cours.
Peuplée d’environ 40 000 habitants, la cité allemande est située à proximité du Rhin, entre Bonn et Cologne. Son histoire, tout comme Nogent, remonte d’avant le Moyen-Âge.

Parallèlement à ces festivités, une commémoration a eu lieu. Elle était destinée à honorer les morts des conflits qui opposèrent les peuples européens entre eux, mais aussi à rendre hommage à 3 jeunes Luxembourgeois fusillés par les SS pour avoir refusé de rejoindre la Wehrmacht. Ces jeunes martyrs rejoignaient d’autres victimes du nazisme incarcérées dans la prison de Siegburg.

Clocher à Siegburg

Après le dépôt de gerbes, Jacques J.P. Martin et Franz Huhn ont prononcé des discours (à retrouver plus bas) visant à dénoncer les actes nazis, tant vis-à-vis des peuples européens que d’une partie du peuple allemand qui a dit « non » aux atrocités commises lors de la Seconde Guerre mondiale.

Pour rappel, le bourgmestre de Siegburg était présent, à Nogent, lors du centenaire de l’Armistice 1918 le 11 novembre dernier. La fraternité était au cœur des discussions entre Jacques J.P. Martin et Franz Huhn.

« Ces échanges me tiennent à cœur car ils représentent la condition pour pérenniser les relations entre France et Allemagne, relations que Charles de Gaulle et Konrad Adenauer ont eu le courage de mettre en œuvre il y a 50 ans, a souligné le maire de Nogent. La paix en Europe dépend principalement d’une amitié vivante entre les peuples français et allemand ».   

 

Documents à consulter : 

 

Témoignage de l’amitié franco-allemande lors du déplacement du maire à Siegburg

 

Défiler vers le haut