1. Accueil
  2. /
  3. Communiqué
  4. /
  5. Violences et discriminations :...

Violences et discriminations : ça suffit !

Publié le 11 septembre 2019

Au moment du lancement par le gouvernement du « Grenelle des violences conjugales », le 3 septembre dernier, et qui se poursuivra jusqu’en novembre, il est urgent de dénoncer toutes les formes de violences, notamment celles faites aux femmes et les violences intra-familiales. Mais, il est surtout urgent d’agir et de mettre en face de slogans des moyens à la hauteur de la cause.

En mai dernier, une affiche fleurissait partout en ville « STOP ! Luttons contre toutes les discriminations ». Elle aurait pu se décliner en chiffres ou en bien d’autres fléaux qui sont tous aussi inquiétants les uns que les autres.

Un numéro vert dédié : 0 800 664 368

En plus du numéro d’appel national (3919) destiné aux femmes victimes de violence, un numéro vert local 0 800 664 368 est spécifiquement réservé aux appels ayant un rapport avec les violences et les discriminations. Cette ligne est installée au poste de la police municipale de Nogent-sur-Marne où un agent est formé pour répondre à ces appels, être à l’écoute, et proposer une solution adaptée d’accompagnement en s’appuyant sur un réseau de partenaires (police nationale, gendarmerie, justice, services sociaux, CCAS, associations, bailleurs, Département…). Cela peut aller du dépôt de plainte à une solution d’hébergement d’urgence ou plus pérenne. Une résidence, en cours de construction rue Hoche, devrait être livrée en fin d’année et proposer 24 logements d’urgence, prioritairement réservés aux femmes seules, avec ou sans enfant.

Oser dénoncer, rompre l’isolement !

Rappelons que Nogent-sur-Marne subit depuis plusieurs années un accroissement des interventions de la police municipale et des équipes du CCAS pour des violences conjugales et intra-familiales, rejoignant ainsi les statistiques nationales. En 2018, la police municipale est intervenue à 44 reprises pour violences conjugales et intra-familiales conduisant à 12 interpellations. Au 1er semestre 2019, elle est déjà intervenue 13 fois.

Chaque brigade de la police municipale compte au moins une femme dans ses effectifs, formée et préparée à ce type de délit. Une brigadière est leur référente et assure un suivi, dans le cadre des missions de proximité de la police municipale.

Faire reculer ce phénomène inquiétant de recrudescence de la violence ne pourra être effectif qu’avec l’engagement du gouvernement dans des actions concrètes assorties de financements adaptés. Le Grenelle et la série de rencontres qui va en découler aboutira-t-elle à un plan sérieux de lutte contre les violences faites aux femmes ? Chaque protagoniste est en attente d’une réponse à la hauteur de cette grande cause.

Scroll Up